Tribulations d'un ourson en cuisine

Archives de Catégorie: Restaurants

Aubergines-Café PinsonL’inspiration du week-end, de très bons roulés d’aubergine comme au Café Pinson ! Cela faisait 2 mois que je devais essayer la recette, fournie dans le magazine Be du mois d’octobre…

Me voilà donc partie pour le marché de Glacière, mon panier sous le bras. Premier arrêt chez un producteur pour faire le plein d’aubergines,  d’oignons, de menthe. Deuxième arrêt au supermarché pour attraper un citron et un concombre et me voilà devant mes fourneaux.

Mon astuce, c’est d’avoir plein d’herbes aromatiques au congélateur, comme ça quelle que soit la saison je ne suis jamais prise au dépourvu !

La recette est en réalité très simple :

Pour 2 personnes, coupez une aubergine dans la longueur en fines lamelles. Badigeonnez les tranches d’huile et faites les dorer 5 minutes au four.

Mettez ensuite 120g de riz rond dans 45cl d’eau et faites cuire jusqu’à ce que le riz devienne gluant et qu’il n’y ait plus d’eau. L’astuce pour parfumer le riz, ajoutez 2 sachets de thé vert pour la cuisson ! Mélangez avec l’oignon émincé, de la menthe et du persil et une cs de pâte de miso. Poivrez, ajoutez  un peu de piment.

Disposez une grosse cuillère de riz sur une tranche d’aubergine et roulez ! Mettez ensuite vos roulés  dans un plat à four et faites cuire 10 min.

Accompagnez le tout de tzatziki. Coupez un demi concombre en cubes après l’avoir épluché. Mélangez un fromage blanc, un demi-citron et un peu de zeste, de la ciboulette et de l’aneth, avec le concombre. Réservez, le tour est joué !


Après le Nanashi, le Foyer Viet est la prochaine place To Be à Paris ! Profitez-en, en y fait pas encore la queue devant, mais cela ne saurait tarder !

Télérama et Le Figaro ont d’ailleurs également publié de très bonne critiques sur ce lieu.

Qu’est ce que le foyer Vietnamien ?

C’est certes un restaurant, mais pas que ! Le Foyer Vietnamien est avant tout un espace d’échange, qui soutient des projets caritatifs en lien avec le Vietnam. Ainsi, 20 centimes par repas sont reversés à des étudiants vietnamiens en difficulté. Des livres et des journaux en vietnamien sont disponibles sur place et des expositions sont organisées régulièrement.

cantine-logo

Qu’est qu’on y mange ?

Des spécialités vietnamiennes très connues, comme les Bobun ou soupes Pho, mais également d’autres plats plus confidentiels. Vendredi soir, le plat du jour était le Cha ca, de la lotte grillée à l’aneth servi avec des vermicelles de riz. Les nems en entrée sont délicieux et la glace au sésame noir en dessert est à tester ABSOLUMENT ! Je les soupçonne d’ailleurs même de faire eux-même les glaces sur place.

Qu’est ce qu’on y boit ?

Des boissons asiatiques certes, comme du jus de coco ou du lait de soja, mais aussi de très bons vins français, contre toute attente ! Nous avons ainsi découvert un bon petit vin rouge bio d’Ardèche.

Pour quel prix ?

Tout à fait raisonnable ! Un menu entrée plat dessert à 12 euros avec un tarif spécial pour les étudiants ! A la carte, le plat du jour est à 10 euros, on s’en sort  avec la boisson pour moins de 20 euros par personne.

Et c’est où ?

80 rue Monge 75005, Paris

Attention, la carte bancaire et les tickets restaurants ne sont pas admis.


Je vais me faire l’avocat du diable, tant on m’avait dit du bien de Rose Bakery.

– Je suis allée bruncher chez Rose Bakery, c’était GENIAL !, m’ont bassiné au moins 3 copines.

#girly

Je ne m’attendais donc pas à être déçue. C’est vrai, si on regarde sur Foodreporter, les photos ont toutes l’air plus appétissantes les unes que les autres, comme celle de Morgan G. Mais un mélange de salade pour 16 euros, est-ce bien raisonnable ? Franchement, quand on y réfléchit, même des carottes bio ne coûtent pas plus de 3 euros le kilo, du concombre et du fenouil n’ont jamais ruiné personne ! C’est sûr que quand on voit cela, on se persuade que cela coûte cher de bien manger…

 2

Alors oui, elle était très bonne, ma petite quiche, sa salade de carottes et de chou. C’était sûrement des produits frais, je veux bien le croire. Mais si je disais à ma grand-mère qu’elle pourrait vendre 16 euros sa part de quiche aux légumes du jardin avec de la salade, elle en laisserait tomber son rouleau à pâtisserie ! Et je lis que Gilles Pudlowski semble bien de mon avis !

Je vous donne tout de même l’adresse si vous voulez y aller :

Rose Bakery, 30 rue Debelleyme, 75003, Paris


Jantchi est un restaurant coréen bien connu des asiatiques de la capitale. La queue qui s’étend devant le restaurant le samedi midi ne trompe pas, c’est effectivement très bon. Plus classieux que les cantines comme Higuma, où on avale son bol de nouilles en 10 minutes, mais dans la même gamme de prix. Ici, on n’a certes pas vue sur les cuistots mais le goût ne trompe pas… la qualité est au RDV.

Photo de Rosaline sur Foodreporter

Qu’est qu’on y mange ? Quantité de Bibimbap, servis en grande quantité, justement. Des entrées from Korea. On reprochera à la salade de seiche d’être un peu trop épicée, mais c’est ainsi au pays. Nous autres occidentaux sommes bien chétifs, quand il s’agit de piment.

Une ambiance chaleureuse, un service rapide et sympathique, une addition raisonnable et surtout une cuisine de qualité, RDV chez Jantchi ! Comptez 20 euros par tête.

Il vous manque l’adresse ?

6 rue Thérèse, 75001, Paris

Plus de 100 miams sur Foodreporter et on retiendra le commentaire de Juw: « Un delice..mais attention ca arrache !! »

Pas de panique, il y a aussi plein de plats sans piments !


Manger de délicieux sushis à Paris, et même pas dans la célèbre rue St-Anne ? Evidemment, c’est possible ! L’adresse est pour l’instant confidentielle, vous n’avez pas besoin de réserver pour goûter les fameux sushis du Chef Nakagawa, installé dans le nord de Paris. Et pourtant, un thon aussi fondant mériterait quelques étoiles…

Les sashimis de Nakagawa, photo de Marie-Julie sur Foodreporter

Et ce n’est pas tout ! Mr Nakagawa est aussi le roi de la tempura et le pro de l’aubergine au Miso. Comme dans un izakaya, ces bars traditionnels japonais, une dizaine de « tapas » sont proposés à la carte. Ne manquez pour rien au monde la salade de poulpe !

J’ai préféré déguster avec mes papilles qu’avec mes yeux, je n’ai donc pas de photos à vous proposer… mais je vous recommande vivement le menu suivant :

– salade de poulpe

– plateau de sushis / makis (thon / saumon / dorade), d’une fraîcheur rarement égalée dans les restaurants parisiens

– bière asahi

– et en dessert… une glace vanille aux haricots rouges confits !

Le tout pour 25 euros et une qualité largement au dessus de la moyenne.

J’en ressors avec l’envie d’y retourner… et d’y goûter de nouvelles spécialités.

Bon plan : le plateau de sushis / makis, à commander la veille, qui nourrira copieusement 4 personnes pour 60 euros !

Pour l’instant 85 miams pour Nakagawa sur Food reporter !

Il vous manque l’adresse ? 3 rue St Hubert, 75011, Paris. Nakagawa fait également traiteur à emporter

 


Qui l’eût cru ? A deux pas de la place de la République à Paris, dans la petite rue Greneta, juste en face de la médecine du travail (sisi !!!), un restaurant japonais étonnant !
Les puristes diront que les cuisiniers parlent anglais, que le patron est américain, VRAI !
Les puristes diront que faire un maki avec des tempura dedans, c’est impossible, FAUX ! Le krunchy maki existe bel et bien…
Rice and Fish Lire la suite


Pour manger des nouilles Udon à Paris, rendez-vous chez Sanukiya, à deux pas du Louvre.
Un restaurant japonais unique pour manger en terrasse (chauffée) des plats typiques ! Lire la suite